Je vais donner une fois pour toute et en clair mon avis sur ce qu’il se passe actuellement.

Avant les attentats (LES attentats, les seuls les uniques, vous savez), j’étais plutôt en train de regarder d’un œil neutre à ravie la chute programmée de Charlie Hebdo. Pour moi, « Charlie » (genre on est des proches maintenant, tout le monde l’appelle par son prénom) c’était ceci . Rien de personnel, mais j’ai du mal à trouver tragique la disparition de journaux qui propagent des idées puantes. Les gueulantes après les unes de Charlie, c’était les mêmes que sur celles du Point ou de Minute. Strictement les mêmes, hein. Certains journaux se réclament de droite, d’autres de gauche, mais ça n’a pas grand sens pour moi, seules les idées comptent, spécialement quand elles se rejoignent sur le racisme, le sexisme, l’homophobie, le validisme, etc (j’ai adoré la blague sur les « demi-parents » de Calcutta, super fun les mecs, on sent bien la force populaire de la satire pour critiquer les puissants. Ah ben non en fait.). Donc voilà, j’en avais globalement rien à secouer et j’avais pas envie de le fréquenter.

Et là, le truc tragique qui arrive : des gens se font froidement tuer pour rien. Des hommes blancs assez célèbres, et journalistes. En France. Mécaniquement, l’information prend de l’ampleur, question de contexte. Des terroristes parfaits : des extrémistes musulmans, dans un pays déjà rongé par l’islamophobie (en grande partie grâce aux idées diffusées régulièrement dans les médias, que ce soit directement ou par les choix discutables des invités à qui on donne trop régulièrement la parole, type Zemmour). Des gens une fois encore célèbres, et un symbole parfait, avec lesquels les médias se sentent liés (logique, hein, solidarité professionnelle). C’est horrible, c’est clair, ça m’a même un peu remuée. Mais non, j’avoue, j’ai pas pleuré. C’est à dire, comprenez-vous, que j’ai pas tellement eu le temps, parce que pendant que moult personnes devenaient soudain Charlie, moi je pensais déjà à la suite (les attaques islamophobes, surtout).

A notre époque, tout va très vite. Il n’a fallut que quelques heures avant que les yeux du monde entier soient rivés sur la France, et que l’événement devienne un symbole mondial de la défense de la liberté d’expression. Et il faut donc s’adapter à cette vitesse : des militants français ont immédiatement fait passer des informations sur la ligne éditoriale du journal, les polémiques associées, pour calmer le jeu. Ils n’ont pas eu une position enviable : expliquer à des étranger qu’il fallait faire attention à l’image à laquelle on voulait s’associer (oui pour la défense de la liberté d’expression, mais peut-être non à une déclaration d’amour à un journal souvent politiquement limite), et se prendre immédiatement les réactions françaises outrées (il était question de manque de respect, de remuer la merde, que c’était pas le moment, etc… Moment qui n’existe jamais, pourra-ton noter.). J’ai regardé avec admiration le courage de ces personnes, parce qu’il en fallait un bonne caisse pour se fader tout ça, tout en étant parfois également choqué de ce qui était arrivé.

Puis il y a eu les dessins, les réactions diverses. « Des crayons et du sang ». Assez pour retapisser ma maison. J’ai commencé à trier ce que je voulais lire ou non, souvent déçue par des personnes qui avaient souvent fait preuve d’esprit critique. Mais là, l’esprit critique avait disparu : l’émotion était obligatoire, il fallait s’activer. A quoi, on sait pas, mais il fallait s’activer à tout prix. Sur Twitter, l’horreur, et encore j’ai pas Facebook. Quand une vague connaissance à balancé une petite phrase de condoléances de Rémi Gaillard, je me suis à moitié étouffée. Le mec qui a fait son buzz récent à coup de vidéo où il simulait des agressions sexuelles « pour rire », lui, dans ma timeline, sur mon écran ? La conscience à géométrie hyper-variable. Pour partager ça, fallait vraiment être né avant la décence. L’avantage, c’est que j’ai beaucoup moins de personnes à suivre, maintenant, et encore j’ai souvent encaissé sans rien faire. Même quelqu’un que j’estime beaucoup, qui était hier encore sans tache dans mon esprit, a partagé une super bd qui disait en substance « les « je suis pas Charlie » c’est juste des cons qui veulent se la jouer rebelz ». Moké. Alors je parle pas pour tout le monde, mais si ça vous dérange pas je vais parler des gens que j’ai vu/lu/entendu et qui ne sont « pas Charlie », et pour moi. Si ça vous dérange je m’en fous, d’ailleurs, après tout ici c’est chez moi (et merci d’essuyer vos pieds en entrant, au fait.)

De manière générale, il s’agit de gens qui militent de différentes façons. Des gens qui savaient, tout comme moi, à quoi ressemblait le journal bien avant les attentats. Des gens qui passent le plus clair de leur temps à alerter les autres sur les idées nocives ou dangereuses. Et du jour au lendemain, les choqués qui se découvrent soudainement une conscience politique viennent les mettre au pied du mur « vous êtres Charlie ou pour le terrorisme ! ». Merde, c’est une réaction normale que d’expliquer que non, c’est pas si simple, l’esprit humain est plus complexe que « on/off », et qu’on a déjà d’autres choses en tête, et qu’on a pas de raison de s’indigner davantage pour un journal (en passant, le journal =/= les gens qui sont morts, c’est pas évident pour tout le monde…) que pour le reste. Vous savez, les banalités du genre les autres gens qui meurent en grand nombre à cause de leur couleur de peau, de leur genre, de leur orientation sexuelle… Je sais pas comment rendre ça plus clair, mais bordel, on essaie d’expliquer la même chose chaque foutu jour de l’année, et on se prend toujours les mêmes cons sur le coin du nez : faut pas voir le mal partout, c’est juste des cons isolés, vous êtes parano, on peut plus rien dire, etc, mais SOUDAIN ça y est, les gens sont -concernés-, et ils vont nous donner des cours de conscience politique. Je pourrais mourir de rire si c’était pas aussi navrant. La dernière fois que j’ai vécu ça, c’est quand un gentil idiot m’a saoulée pour que j’aille voter alors qu’il est aussi engagé qu’un pied de chaise le reste de l’année.

Puis il y a eu la grande marche républicaine de la république républicante. Où on a interdit à Marine le Pen de venir (soit) mais où on a autorisé… Ben… Ici il y a une jolie petite liste, et sourcée pour les esprits grincheux. La marche de l’hypocrisie. Il y avait des gens très biens à cette marche, j’imagine. Mais la cohérence ça me semble important. Et clairement, je vois pas ce que j’aurais pu y foutre. Et puis c’était vachement utile, ça se voit tout de suite. Tu la sens bien l’union nationale. La récupération n’est même pas subtile : une joue souffle « pas d’amalgames ! » et l’autre « mais ça serait bien qu’on fasse attention à pas laisser trop d’étrangers entrer dans notre pays ». Comme si il y avait un rapport entre les attentats et l’immigration. De plus, rien n’est fait pour contrer ce racisme qui rampe partout depuis trop d’années. Elle était où, l’indignation républicaine, quand des milices d’extrême-droite ont campé dans les métros ? Exemple au hasard. Recette rapide de l’indignation républicaine : 300 grammes d’homme blanc mort. Servez, c’est prêt.

Je suis amère, et c’est rien de le dire. Je suis aussi un peu rassurée de ne pas fréquenter de « Charlie » (et pourtant c’est dur de les éviter, j’ai vu le bandeau sur un site de vente de miniatures, hier…Franchement, quoi.), de voir des gens qui ouvrent des dialogues constructifs partout, les mêmes que les autres jours de l’année pour eux, spécifiquement les militants anti-racisme, parce que je me sens moins seule. Mais pour le reste… C’est dur, franchement. Dans les semaines qui vont suivre, des lois liberticides vont sans doute être votées, du moins étudiées (j’ai bien aimé l’idée du « patriot act français ». Et par « bien aimé » je veux bien entendu dire « gerbé mon petit-déj ». Lisez donc « la strétégie du choc », siouplé.). L’indignation populaire est le terreau idéal pour ça, l’union nationale, blah blah. On va continuer de demander aux musulmans et assimilés de faire preuve d’une perfection absolue, alors que personne n’aurait idée d’aller brûler une église à la prochaine tuerie misogyne d’un Elliott Rodger. C’est pas une religion qui tue, c’est encore moins une couleur de peau, mais le fanatisme. Et il peut prendre plusieurs formes.

Je ne suis également pas tellement à l’aise avec les profs fiers de voir leurs élèves dire « vive la police » ou ce genre de choses grâce à leur « redressement pédagogique ». J’ai l’impression qu’on tente de remplacer une bourrage de crâne par un autre. Pour ce que ça vaut, j’ai un excellent souvenir d’une prof qui avait expliqué à ma classe comment développer un esprit critique. Elle nous avait donné les outils, sans -jamais- nous dire quoi penser et comment le penser. C’est la seule qui se soit donné cette peine, de toute ma scolarité, et je ne pourrais jamais la remercier assez (d’ailleurs je n’ai jamais pu le faire, regret numéro 37 sur la liste des regrets). Alors ouais, ça n’a pas marché pour tout le monde, mais ça me semble autrement plus sain que de forcer des enfants à avaler des textes tout prêts sur la liberté d’expression et sur la protection de la police. Mais ne m’écoutez pas, il est de notoriété publique que j’ai des problèmes personnels à régler avec la grande et belle institution qu’est l’éducation nationale.

On peut avoir de bonne raison de clamer « je suis Charlie », ou des mauvaises pour dire l’inverse. Ça, c’est ma vision des choses : la vision d’une SJW à la con, parait-il, qui sent autant à sa place dans ce mouvement spontané que le reste de l’année dans la société (comprendre : absolument pas.). En ce moment, en plus, je me sens carrément mal dans cette ambiance de chasse à « qui est Charlie ? », et la violence qui tombe sur celleux qui annoncent clairement ne pas s’y joindre. Mais il y a au moins un côté amusant : celleux qui trouvent les gens qui argumentent contre cette pseudo-union populaire « totalement cons » ont une vague idée de ce que je pense des kyriarches à longueur d’année.

Républicainement.

PS : j’ai écrit sous le coup du ras-le-bol, ça n’est peut-être pas très construit, et il se peut que l’article s’autodétruise rapidement, à voir.


TW : cet article traite essentiellement du suicide, si le sujet est sensible pour vous je vous en déconseille la lecture.

Actuellement (encore, toujours, pour l’éternité), la polémique fait rage : les jeux vidéo ne seraient qu’un divertissement vide de sens pour certains, alors que pour d’autres il est un médium comme les autres, porteur d’un message, et mérite donc tout autant d’être critiqué (définition de la critique : « La critique est un examen raisonné, objectif, qui s’attache à relever les qualités et les défauts et donne lieu à un jugement de valeur »).

Une fois encore, je pense clairement que tout médium véhicule un message, volontairement ou non (par du texte explicite, des mécanismes, des choix esthétiques…), et qu’il est vital d’en avoir conscience pour pouvoir se prémunir au mieux des effets néfastes tout en profitant à fond des effets positifs. De plus, chaque personne a sa propre lecture (comme avec un livre ou film), et c’est ce qui rend les échanges sur le sujet aussi stimulants.

Bref, revenons-en au sujet qui nous occupe : alors que je jouais donc à The Cat Lady l’autre jour, une affirmation lancée par un des personnages m’a fait bondir :

Un jour, je ferai peut-être un article complet sur ce jeu (qui a pour lui d’être un fantastique jeu d’horreur, et contre lui d’être parfaitement hideux, en résumé), et ça m’embête de prendre l’exemple spécifique de ce jeu pour illustrer mon propos, donc ne vous arrêtez pas à ce détail et jouez-y. C’est une expérience. Mais en attendant, cet exemple est parfait. Nous avons ce personnage, qui représente un psychologue, donc une figure d’autorité, qui explique calmement que « les hommes ont trois fois plus de chances de se suicider que les femmes » (et que l’héroïne ayant tenté de se tuer est une exception). Moi, je sais que c’est un peu plus compliqué que ça. J’ai le bagage nécessaire pour le dire. La preuve, je vais le faire sous peu. Mais tout le monde ne l’a pas, et à aucun moment dans le jeu cette affirmation n’est remise en cause. Bien entendu, on pourrait me dire que le simple fait que l’héroïne ait tenté de se suicider est une contradiction à ce propos… Sauf que non. Si on vous dit que les hommes se suicident trois fois plus que les femmes, ça ne signifie pas que les femmes ne se suicident pas du tout.

Ce qui m’a profondément dérangé, c’est que cet argument précis est répété en boucle par les masculinistes (au même niveau que la garde des enfants qui irait majoritairement aux femmes, ce qui est également un argument fallacieux : pour avoir la garde, il faut commencer par la demander). Le fait que les hommes se suicident (terme qui implique le décès, j’exclus là les tentatives) plus souvent que les femmes serait le signe d’une société féminisée où les hommes ne trouvent plus leur place, blah blah blah. Sans vouloir entrer dans une explication complète, si le suicide des hommes est liée à un problème genré, ça serait plutôt un contrecoup de la culture viriliste. Mais bref, là on parle chiffres, purement et simplement. Alors pourquoi ça ne va pas ?

Commençons par ce qui est exacte : les hommes se suicident plus souvent que les femmes :
Ici, des données mondiales :


(source : rapport mondial sur la violence et la santé, publié par l’Organisation Mondiale de la Santé, complet et en français ici et dans d’autres langues ici. Le chapitre spécifique est « la violence dirigée contre soi-même », téléchargeable sur la même page sans le reste du rapport (ce qui serait dommage, c’est un peu aride à lire mais assez intéressant).

Et là, les statistiques françaises de entre 2000 et 2003 :
(Source)

Mais, une fois encore, on parle là de suicides, pas des tentatives, donc des décès. Il est reconnu (et documenté) que les hommes utilisent des méthodes de suicides plus expéditives que les femmes lorsqu’ils en ont la possibilité (comme les armes à feux ou la pendaison, par exemple, alors que les femmes préfèrent les solutions chimiques : poisons ou médicaments). Le conditionnement social du genre en pleine action. Des différences de méthodes sont également visibles d’un pays à l’autre, en fonction notamment de la législation locale sur les armes à feu. Sans surprise, ce diagramme sur les méthodes les plus couramment employées aux États-Unis (en 2011) montre une prédominance des armes à feu (un peu plus de 50%) :
(Source)

Lorsqu’on regarde les résultats en France, on obtient un tableau bien différent
(Source)
On constate que les moyens de mettre fin à ses jours sont liés avec ce qu’on peut avoir à disposition, avec une majorité des morts par suicide provoquées par la pendaison (presque la moitié des hommes et un tiers des femmes), suivi par l’empoisonnement (presque un tiers des femmes et 10% des hommes, toute intoxication confondue).

En revanche, là où l’argumentaire masculiniste ne tient plus, c’est sur la partie de la population qui a -tenté- de se suicider. En effet, la majorité des tentatives de suicides sont le fait de femmes. Par exemple, aux États-Unis :
(source, à explorer à loisir)

En France, la situation est globalement la même :  » Entre 2004 et 2011, le nombre total d’hospitalisations masculines pour TS était de 279 147 tandis que celles concernant les femmes était de 486 469. » Le nombre de personnes décédées reste loin derrière ce chiffre.
(Sources)

De plus, il est intéressant de revenir sur les méthodes employées. On pouvait par exemple se demander en quoi les méthodes sont si clairement genrées alors que, sur le nombre de suicides en France, presque la moitié des hommes et un tiers des femmes sont morts par pendaison. C’est en mettant ces chiffres en parallèle avec les tentatives de suicide qu’ils prennent tout leur sens : la pendaison représente seulement 1,6% des tentatives de suicide, et sont à 75% le fait d’hommes. On remarque en passant les statistiques pour les armes à feu : parlant.
(même source qu’au dessus)

TL;DR : j’ai fait un petit diagramme pour rendre tout ces chiffres plus clairs. Basé sur les mêmes sources, j’ai simplement additionné les suicides et les tentatives de suicide pour l’année 2011 en France, soit 10 524 suicides (à 73% masculins, statistique établie grâce au rapport de l’OMS suivant) et 101 260 tentatives (38 693 par des hommes et 62 567 par des femmes, ici)Et si c’est plus clair en toutes lettres : en tout, sur l’année 2011, sur la totalité des personnes ayant tenté de se suicider il y a eu :
56% de femmes hospitalisées
– 35% d’hommes hospitalisés
– 2% de femmes décédées
– 6% d’hommes décédés

Bref, tous ces chiffres pour dire quoi ?
1- Il faut toujours garder son esprit critique, même quand on joue à un jeu vidéo pour simplement se divertir, parce que tout support véhicule un message. Là, c’est une affirmation problématique non remise en cause, mais ça peut être une mise en scène dévalorisante pour les femmes, par exemple. J’ai choisi un exemple facile à expliquer pour que ce soit plus clair pour tout le monde. Je le répète, mais critiquer ne revient pas à dire que tel support (ici les jeux vidéo) est naturellement mauvais, ou malveillant, ou que sais-je. Le monde n’est pas aussi manichéen, il est fait de nuances.

2- La mise en avant du nombre de morts par suicide dans une logique masculiniste est dangereuse : elle efface totalement que les hommes (cis hétéro, même) ne sont pas la catégorie sociale qui tente le plus souvent de mettre fin à ses jours. Ou même « seulement » d’appeler à l’aide. Et encore, je ne parle que des statistiques faciles à trouver, c’est à dire les personnes cisgenre, sans prise en compte de la sexualité. Si on cherche des statistiques sur les personnes LGB, le taux de tentatives de suicides sera bien plus élevé. Et si on regarde du côté des personnes trans et non binaires, les statistiques crèvent le plafond. Peut-être que pour certains, le nombre absolu de décès est plus significatif. Admettons. Leur fréquence au sein d’une classe sociale ou d’une communauté me parait pourtant plus parlant. Quoi qu’il en soit, une seule donnée sociale ne doit pas être sortie de son contexte : il faut expliquer ce que veulent dire les chiffres, et ne pas oublier les chiffres qui leurs sont liés. Oui, c’est chiant, mais ça évite de se faire avoir par des discours simplistes. Attention, je ne dis pas que les suicides masculins sont sans importance, je ne dis pas que c’est pas grave. J’espère d’ailleurs n’avoir par été trop indélicate ou froide dans cet article, et je m’excuse si j’ai pu donner cette impression. Ce que je dis, en revanche, c’est qu’il est malhonnête de tenter de prouver un éventuel « malaise masculin » en annonçant hors contexte que trois fois plus d’hommes que de femmes se suicident. La réflexion est faussée à la base.

3- C’est vachement bien, The Cat Lady, mais il vaut ne pas être mal dans sa peau avant d’y jouer (il faudrait également une liste longue comme le bras de trigger warnings avant de lancer le jeu). Et il y a aussi des remarques pertinentes :


Ce jour là, j’étais pas encore passée sur Twitter. Je précise, parce qu’en général c’est là que je découvres les dernières polémiques, et que j’ai donc le temps d’assimiler, de me préparer, et de décider à l’avance si je veux en savoir plus ou pas. Mais là, non. Dommage ma poule.

En ce merdique merveilleux jour du 4 Novembre, je regarde fébrilement si ma maigre entrée d’argent est disponible sur mon compte en banque (spoiler : non), et je commence à préparer les cadeaux de Noël. J’ai déjà une petite liste, je regarde par où commencer, et je parle avec le chéri de son cadeau : un nouveau téléphone. Ça fait un an qu’il a explosé la vitre de l’ancien, remplacé, et re-explosé, bref il est temps de faire quelque chose. On regarde les modèles, il arrive pas à se décider, m’envoie trouzmille liens, et on arrive péniblement à établir une petite liste de choix potentiels. Sauf que, hé, ça coute cher ces trucs. Alors je pense à Rue Du Commerce, chez qui j’ai commandé souvent (la première fois, en avril 2005… Il y a bientot 10 ans.), et profité plusieurs fois de leurs facilités de paiement. C’est un des rares sites à gérer ça tout seul, sans passer par un organisme de crédit à la con, sans demander de justificatifs, bref c’est cool, et en général pas trop cher. J’entre donc l’url du site, et là. Hm. Je vois ce message me poper à la gueule :

Capture du site indiquant

Le truc, c’est qu’il a mis un moment à charger, et ce que j’ai vu avant le message c’est les 2 boutons en bas (« je suis un homme » et « je suis une femme, je continue (même pas peur) »). De quoi rendre perplexe. J’ai donc attendu sagement la fin du chargement avant de cliquer. Brave bête. Puis… bon, comment rendre le sentiment qui m’a submergée quand j’ai lu ? Imaginez un inconnu déguisé en père Noël qui vient vous balancer une tarte dans la gueule, comme ça, dans la rue. Je crois qu’on est pas loin. J’ai dit « heu attends, il se passe un truc bizarre » au chéri, puis j’ai lancé à voix haute des morceaux de texte (en partie pour lui expliquer pourquoi j’avais perdu le fil de la conversation, en partie pour intégrer que j’étais pas en pleine hallucination). Arrivée à la fin, j’avais les boules à un niveau tel que j’ai même pas eu le cœur de choisir une option pour passer ce pop-up de merde et que j’ai fermé la fenêtre. Réflexe maintenant classique, j’ai immédiatement googlé « rue du commerce sexisme ». Cela faisait donc 3 heures que leur merdier était en ligne, quelques articles en parlaient déjà. C’est dans l’article de madmoizelle (site que je n’aime pas trop par ailleurs, mais bref) que j’ai vu ce qui s’affichait quand on indiquait être un homme : le drame.

Pardon, un Homme. AVEC UNE TRADEUSE DE MAJUSCULE. J’ai pas envie de revenir sur le contenu, tellement il est affligeant (sérieux, les mecs, ça ne vous donne pas envie de lutter contre les stéréotypes, là ?) Mais j’ai eu envie de chialer. Je sais qu’on devrait être habituéEs aux campagnes de pub sexistes, mais merde, elle est d’une violence celle-là ! J’étais en mode « achats de Noël », toute joyeuse, et le site où je voulais acheter m’explique que j’ai rien à foutre là, avec un pop-up qui, à lui seul, coche toutes les cases du bingo « mécédlhumour ». En plein GamerGate (et avant Noël, merci, ça m’aide à faire du trie) un groupe de mollards à visage humain offre une campagne d’une misogynie crasse, explique que les meufs comprennent rien aux consoles de jeu (anéfé, je joue surtout sur pc, bouffons.), aux smartphones (mais je croyais que c’était là-dessus qu’on jouait, gettez vos shits tougéveurs un peu !), aux télés (l’Homme regarde le foot, les meufs des comédies romantiques. Et c’est ainsi, les enfants, qu’on perpétue les stéréotypes de genre…) ou aux cartes graphiques (c’est juste probablement mon cadeau de Noël). Vous avez su choisir votre moment.

Le coup au moral est violent, parce que c’était un jour déjà pas très haut à ce niveau-là, que j’avais pas prévu de me faire agro comme ça au moment de faire des cadeaux, le truc que j’aime faire tous les ans parce que j’aime bien plus faire des cadeaux qu’en recevoir, et que ce petit moment de plaisir est devenu une foutue nausée. Je n’avais jamais rien eu à reprocher à ce site. Il était neutre, faisait son taf, point. Il était mon premier point de référence pour ce types d’achats. Là, franchement, c’est plus possible. C’est pas OUBLIABLE. Bien entendu, je ne vais plus rien acheter là-bas, et je ne suis pas la seule. Même si c’est quelques euros plus cher (la taxe d’auto-préservation/d’éthique…). Je sais que leur campagne va marcher, que des gens vont trouver ça teeellemeeeent subversiiiiif. On ne va pas avoir la naïveté de jouer la carte des fausses menaces de type « vous allez vous attirer un public de réacs de merde », vu qu’ils le font spécialement POUR ça. Attirer la sympathie d’une partie de leurs clients, ou de ceux qui ne le sont pas encore, de façon durable, en forgeant une image de marque. Une image de merde, oui, une image misogyne, oui (j’ai trop hâte d’avoir la version pour femmes « lessive et cuisine », tiens…), mais ça marche pour certaines personnes. Pour les autres, toujours les mêmes d’ailleurs, il va une fois encore déménager chez la concurrence. C’est pas grave, bien sûr. Mais à force de petites agressions constantes, il y a des jours où je me sens vraiment mal. C’est un de ces jours.

Il y a des gens qui pensent qu’il ne faut pas leur faire l’honneur de « buzzer » avec cette campagne. Je suis en partie d’accord, mais le problème c’est que ça pique, et que je ne sais pas trop me taire quand ça pique. De plus, c’est la deuxième fois en deux jours que j’ai physiquement la nausée à cause de ce genre de comportements (l’autre est trop triggering pour que j’en parle longuement, mais cherchez des infos sur Julien Blanc…). J’en déduis que mon corps commence à m’ordonner de vivre sur une île loin de tout, sans se douter que si j’en avais les moyens, ça serait fait depuis longtemps, l’idiot.

Bref, un jour de plus à patriarcat-land. Pour conclure, je sais que c’est pas toujours facile, surtout quand on a pas les moyens, mais la seule chose à faire c’est de réserver ses sous aux entreprises qui n’insultent pas leurs clients. C’est amusant d’ailleurs : comment on en arrive à croire que c’est une bonne idée, à la base ? Et je sais bien, la liste est longue, mais je crois qu’on oublie jamais ceux qui nous crachent à la gueule.

Bonus track : les leçons de Madame Nanie ! Ce que veulent vraiment les femmes, 1ère leçon -> distribuer des coups de battes dans les dents des malfaisants.


Jusqu’au 14 décembre, l’université de l’Alberta propose un cours gratuit tout à fait passionnant : « Understanding Video Games« . S’étalant sur 11 semaines, mais à suivre à notre rythme, le but de ce cours est donc de « comprendre les jeux vidéo », comme l’indique son titre, et plus exactement de donner des clés pour analyser les jeux. Si vous êtes un gamergater, ça ne va pas vous intéresser. Mais si vous êtes équipé de sens critique et que vous comprenez bien l’anglais (oral ou écrit, il y a des sous-titres dans les vidéos), les professeurs Leah Hackman et Sean Gouglas ont tourné une série de vidéos très claires et instructives.

Les premières heures de cours posent les bases : définitions, cadres d’études, bref on met tout le monde à niveau. C’est un peu fastidieux, mais nécessaire : on ne se jette pas dans le grand bain sans savoir nager. Sinon on a l’air con (et on se noie.). Une fois les concepts de base bien assimilés, on passe à la suite : l’analyse proprement dite, avec l’étude du scenario, des messages que font passer les jeux à travers leur mécanique, de la culture gamer (oui oui), des questions sociales et éthiques dans les jeux (partez pas), et même du « serious gaming ». Un chapitre qui, contrairement aux apparence, était franchement intéressant à suivre. Je balance tout ça en vrac, histoire que tout soit bien clair si vous avez envie de suivre ces cours : c’est clairement inclusif, avec un discours fin, et parfois drôle.

Ça se voit un peu, mais j’ai adoré. Parce que j’aime profondément les jeux et que tout ce qui touche à leur histoire et leur analyse me passionne. Pour cela, on peut sans doute remercier le patriarcat qui m’a poussé à m’investir bien plus que le péquin moyen pour me sentir légitime. Mais ça vaut presque le coup. Surtout en plein gamergate, suivre ce cours qui parle le plus naturellement du monde de concepts tels que l’hétéronormativité (en ces termes, oui), le genre, et la race¹, et qui explique très simplement pourquoi il faut qu’on sorte de ce bourbier oppressif, ben ça fait un sacré bien. Et j’invente rien, comme vous pouvez le voir sur ces screens (il s’agit de quelques petits exercices qui parsèment les vidéos) :

Capture d'écran d'un exercice du cours
Genre

Capture d'écran d'un exercice du cours
Male gaze

Capture d'écran d'un exercice du cours
Hétéronormativité

En plus des cours en eux-même, les professeurs fournissent une liste d’articles et de ressources sur les thèmes abordés (dans laquelle on trouve notamment Feminist Frequency et des vidéos de MovieBob, soit dit en passant) pour ceux qui veulent approfondir le sujet. Oui, je fais de la pub mais, hé, c’est vraiment indispensable et magique, ce cours, si on aime les jeux… Surtout en ce moment. J’ai l’impression que la haine aveugle et les vérités « en arrivage direct de mon cul » sont la norme, alors un peu de factuel et de sérieux, c’est rafraichissant. Et c’est gratuit, aucune excuse pour ne pas le suivre.

Pour revenir sur la question du genre, parce que c’est un peu mon rayon et que c’est bien le moment d’en parler, j’aimerais retranscrire une remarque d’une pertinence qui m’a fait sourire (je la traduis ici, pour plus de confort) : « Prenez le stéréotype du joueur masculin. La game designeuse Brenda Romero fait remonter son origine jusqu’au début des années 90. En automne 1993, deux événements majeurs sont survenus. Le premier a été la sortie de Doom, qui fut le porte-étendard du genre des FPS, dominé par les hommes. Le second fut la sortie du jeu d’aventure Myst, qui a été le jeu le plus vendu pendant une décénnie. Les femmes jouaient bien plus souvent à Myst que les hommes. Il est intéressant de noter que Myst a perdu sa place de best-seller au profit des Sims, un autre jeu connu pour son public essentiellement féminin. Et pourtant, les médias et le public associent rarement les jeux à un loisir féminin. »

J’aimerais ajouter une remarque : si les Sims sont un peu la case de Bingo gratuite dès qu’on parle des gameuses, un jeu souvent ridiculisé parce qu’il n’en serait pas vraiment un (le cours parle également très bien des gens qui détiennent La Vérité sur ce qu’est Un Vrai Jeu, d’ailleurs), Myst est difficilement classable en jeu « trop facile pour les meufs lol ». Dons si on a occulté le public féminin de Myst, c’est pour des raisons qui n’ont rien à voir avec le manque de « sérieux » ou d’investissement (émotionnel ou temporel) des gameuses. C’est toujours bon de le rappeler.

Il était également très plaisant de voir évoqué le sujet de la race, même si, comme ils le disent, il y a encore trop peu de recherches sérieuses sur le sujet. Ce qui est dommage, d’ailleurs, alors qu’on commence à bien connaitre les rapports entre genre et JV, même si ça dérange les … heu… La frange la plus conservatrice des gamers. Mais j’imagine que maintenant qu’on lutte activement pour l’inclusivité dans les jeux, quelqu’un (de concerné, si possible) finira bien par s’emparer de la question.

Bref, je vais arrêter de vous le vendre, certain-es vont finir par trouver ça suspect. Mais le mot de la fin sur ce cours sera une belle phrase, qui m’a donné le sourire : « Si nous voulons que [les jeux vidéos] soient pris au sérieux en tant que médium, cela signifie que nous devons engager une réflexion critique au sein de ce médium. Et nous ne pouvons pas nous détourner des sujets difficiles. ».

Maintenant que tout le monde est motivé et va s’inscrire, j’aimerais évoquer rapidement deux sites que j’ai découvert récemment et qui servent de plateforme de distribution pour des jeux un peu différents. J’en parle ici parce que ces jeux couvrent à la fois des sujets des cours (comme le serious gaming et l’analyse sociale) et parce que je n’aurais sans doute pas d’autre occasion de le faire. Bon, je n’ai pas tout testé et je ne sais pas ce qu’ils valent individuellement, mais ces initiatives me semblent importantes.

Le premier est https://jagga.me/ dont le but est de sensibiliser les gens (et surtout les adolescent-es) à la violence dans les relations sentimentales chez les plus jeunes. Une fois encore je n’ai pas tout testé, mais il faut savoir que les jeux sur ce site sont gratuits jusqu’à fin octobre, alors c’est le moment de le recommander aux ados et jeunes adultes autour de vous. Parce qu’on parle rarement de ce type de violence, comme si les relations sentimentales des adolescents ne devaient pas exister. Alors que, comme pour la contraception, c’est avant d’en avoir besoin qu’il faut en parler. Et plus vite on apprend ce qui est acceptable ou non dans une relation de couple, mieux on gère les situations problématiques quand elles se présentent.

L’autre site est http://www.gamesforchange.org/play/ qui regroupe des jeux (surtout !) éducatifs (beaucoup) sur des thèmes variés, comme l’environnement, la santé, les droits humains, etc…

Parce que les jeux vidéo ne sont pas seulement un divertissement, et que comme tous les médias ils font forcément passer un message (voir à ce sujet le concept de rhétorique procédurale, développé par Ian Bogost²), il est important de savoir le décrypter. On est loin de l’époque de la découverte, maintenant tout le monde joue, à des jeux de plus en plus nombreux, et c’est tout simplement dangereux de rester passif face à ce qu’on nous propose. Et, on ne le répétera jamais assez : on peut critiquer constructivement quelque chose et être capable de l’apprécier. Et si on ne l’apprécie pas, c’est pas grave : on échange les expériences, c’est SAIN. Ce qui est malsain, en revanche, c’est d’être capable de défendre becs et ongles une communauté/une ambiance/un domaine au point d’être incapable de voir ce qui ne fonctionne pas dans ladite communauté et ce qui est toxique. On le voit en ce moment, mais des gens luttent activement pour rendre impossible toute réflexion critique sur les jeux vidéo et pour interdire « leur monde » aux femmes. Ils en sont à planifier des meurtres, en toute décontraction. Pour le moment, heureusement, c’est resté des paroles en l’air. Mais bien sûr que ça craint, dans quelle dimension peut-on trouver ça acceptable ? La critique, la réflexion, l’échange d’opinions³, tout cela est sain, et ce ce qu’on devrait encourager. Sans réflexion, sans évolution, une communauté meurt.

¹ Race au sens social, pas biologique bien entendu.
² « Si les films et les récits écrits sont très efficaces pour raconter des histoires, les jeux vidéo atteignent leur plein potentiel quand ils modélisent des comportements, quand ils décrivent des processus du monde réel par l’intermédiaire de processus informatiques. Ils s’expriment alors par leurs règles : c’est la rhétorique procédurale », dans : Persuasive Games – The Expressive Power of Videogames
³ Par « échange d’opinions » je pense bien sûr à une logique positive, échanger dans le but d’améliorer et d’avancer. Pas de dire « mon opinion c’est qu’une femme ça va dans la cuisine », hein.